Diversité culturelle et éducation à la sexualité

Ce billet relate la première rencontre du cycle « éthique et santé publique » à Lyon le 19 décembre 2013, avec Vanina Mozziconacci (doctorante à l’ENS Lyon) et deux professionnels de l’éducation et promotion de la santé, Lucie Pelosse (IREPS) et Christophe Porot (ADES).
Une intervention de santé communautaire consiste à faire en sorte que des gens construisent ou s’approprient des ressources pour répondre à leurs besoins. La santé communautaire fait partie de la charte d’Ottawa (1986) comme l’a rappelé Lucie Pelosse : les personnes sont considérées comme capables de prendre en main leur destinée et d’assumer la responsabilité de leurs actions. Cette approche qui mise notamment sur le rôle des pairs semble de plus en plus revendiquée en France, notamment depuis les expériences militantes autour des années de l’épidémie de sida évoquées par Christophe Porot.

Mais la santé communautaire n’est pas sans susciter l’inconfort, en partie à cause des ambiguïtés du terme « communauté ». Qui définit ce qu’est une communauté ? Et sur quels critères : spatiaux, socio-économiques, culturels, d’expérience sociale partagée … ? Quels sont les rapports entre cette notion de communauté et l’identité des personnes ? Parler de communauté, cela conduit-il à une reconnaissance de la diversité des identités, ou bien à des effets d’assignation identitaire et de stigmatisation ?

Le cas de l’éducation à la sexualité permet d’éclairer certains de ces enjeux, et notamment la manière dont on tient compte de la diversité culturelle dans une intervention de sensibilisation. Vanina Mozziconacci, doctorante à l’ENS de Lyon, a proposé dans une communication (texte) une ré-interprétation des difficultés rencontrées dans des séances d’éducation à la sexualité. Il arrive que les élèves ne considèrent pas les intervenant-e-s comme des interlocuteurs valables : leurs identités et positions sociales sont distantes, et ils/elles maîtrisent des « codes » sociaux différents. Mais au lieu d’interpréter les difficultés rencontrées en termes de proximité/distance entre des identités culturelles, il faut plutôt y voir selon Vanina Mozziconacci le signe d’un abandon d’un véritable travail sur les savoirs et les apprentissages. S’appuyant sur la pédagogie critique de Paulo Freire et la sociologie de l’éducation, elle argumente qu’il faudrait construire la diversité culturelle en objet de savoirs, plutôt que de la prendre comme quelque chose qui influence les pratiques des élèves.

L’éducation à la sexualité est située aux marges du champ de la santé publique, elle constitue de ce fait un bon observatoire de toutes les « éducations à » dont fait partie l’éducation à la santé. Les « éducations à » se situent justement dans cet entre-deux des savoirs scolaires et des prescriptions comportementales. Ce qui me paraît intéressant avec la façon dont Vanina Mozziconacci aborde la question de la diversité culturelle, c’est qu’elle conduit à clarifier la mission des interventions faites au nom d’un bien (la santé, la citoyenneté, etc.) et donc à questionner au fond la finalité même de l’éducation.

Accéder à l’article « Diversité culturelle et éducation à la sexualité »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *