infrastructures de la surveillance

Comme le faisait remarquer récemment Alice Street, l’épidémie d’Ebola a remis en lumière l’importance de considérer, non seulement les technologies, les médicaments, les procédures d’hygiène, la circulation des savoirs et représentations, mais aussi et surtout  les infrastructures. Le mot d’infrastructure désigne justement l’ensemble des conditions et opérations matérielles sous-jacentes à une politique de santé ou campagne sanitaire, qu’elles relèvent de l’intervention d’urgence ou de la phase de surveillance des foyers infectieux.

Susanne Bauer est professeure de sociologie à l’Université Goethe de Francfort-sur-le-Main où elle enseigne les Science & Technology studies. Elle est l’une des spécialistes des études sur la surveillance, et a réalisé une série de travaux sur les infrastructures de données (registres de population, numéros d’identifications individuels, dossiers médicaux, biobanques, etc.).

Dans la présentation qu’elle a donné au séminaire de Lyon en janvier 2014, Susanne Bauer présente les conditions matérielles dans lesquelles l’épidémiologie – qui est typique d’un certain mode de construction des savoirs sur la santé et la sécurité – peut se déployer. Elle développe le cas de la construction du registre de population au Danemark, qui remonte aux années 1880. Ayant elle-même passé par les procédures obligatoires  pour devenir résidente de ce pays, elle analyse la construction de l’infrastructure de cette base de données qui contient les données de presque 6 millions de citoyens, chacun étant identifié par un numéro unique qui est utilisé dans tous les registres publics. Les bases de données du pays peuvent donc  être assez facilement reliées entre elles, ce qui fait de ce pays un « modèle » en matière de surveillance épidémiologique.

Susanne Bauer appelle datascape ce regard synoptique porté sur la construction d’infrastructures de données. Différents exemples d’interconnexions de bases de données (téléphonie mobile, cancer, interruptions de grossesses, etc.) dessinent ce paysage informationnel qui devient peu à peu  le théâtre de nos expériences.

exposé de Susanne Bauer


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *