La mise en chiffres de soi

La quantification de soi (QS) est cette pratique consistant à mesurer des données personnelles sur une certaine durée, à les archiver et à les analyser. Cette mise en chiffres de soi dont l’extension a été concomitante à l’arrivée de l’Internet et de capteurs portables connectés peut aussi s’accompagner d’un partage public de ses annesylviepharaboddonnées intimes. Anne-Sylvie Pharabod (sociologue) nous rappelle à la suite des travaux d’Alain Desrosières que quantifier est cette opération consistant à transformer des mots en nombres et qu’elle requiert donc l’établissement de conventions d’équivalence : « quantifier, c’est convenir puis mesurer ». Au cours de l’exposé qu’elle a donné en 2014 lors du séminaire, Anne-Sylvie Pharabod a présenté brièvement ce que sont ces outils d’auto-mesure : applications reliées au téléphone mobile de type « smart phone », capteurs incorporés à des bracelets reliés à Internet, etc. Puis elle a présenté les résultats d’un travail d’enquête lui ayant permis de définir une typologie des pratiques de la QS et de repérer trois principaux modes d’utilisation stabilisés dans le temps. Le premier a pour but la surveillance d’une valeur seuil ou d’un paramètre à risque (poids, taux de cholestérol, phases du sommeil, etc.) ; la deuxième consiste en des mesures de routinisation (quantification de la régularité d’une pratique pour maintenir sa motivation) et la troisième se fait dans la recherche d’atteinte d’objectifs et s’inscrit dans une logique de la performance (contrôle l’efficacité d’un effort spécifique en particulier dans la pratique du sport). Ces trois démarches correspondent à la majorité des usages et ne coïncident pas strictement avec la philosophie prônée par les initiateurs du mouvement de la QS qui voulaient l’inscrire dans une connaissance de soi par les chiffres. En fait, la QS a un effet de focalisation sur une activité déterminée et l’établissement de la série des mesures dans le temps permet de construire un récit réflexif visant à porter un regard bienveillant sur soi-même et à maintenir une dynamique comportementale. Il s’agit donc d’un vrai « pointage de soi » et Anne-Sylvie Pharabod insiste sur le fait que la QS s’adosse à des normes établies par des professionnels, en particulier par le corps médical, même si en l’occurrence ces mesures ne sont pas réalisées par des experts. Il y a donc bien un rapport privilégié, voire obsessionnel, à la norme dans cette auto-surveillance chiffrée. Pour finir, le mode du partage de ses données personnelles est fonction des pratiques, surtout anonymes pour les deux premiers types d’usage alors que pour le troisième, elle est nominative car elle répond à une volonté de partage de l’information et entretient l’émulation des usagers.

exposé de Anne-Sylvie Pharabod

Bibliographie :

Pharabod, Anne-Sylvie, Véra Nikolski, et Fabien Granjon. « La mise en chiffres de soi: Une approche compréhensive des mesures personnelles ». Réseaux 177, no 1 (2013): 97. doi:10.3917/res.177.0097.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *