Formes de surveillance en médecine et santé publique

La surveillance recouvre une constellation de pratiques : recueil et analyse de données en continu, procédures de veille et d’alerte, outils d’anticipation et de prédiction, ciblage des groupes et des individus à risque, incorporation des normes et auto-surveillance. Le développement accru de ces pratiques dans le champ de la médecine et de la santé publique soulève un ensemble d’enjeux cruciaux. Cela affecte les conceptions de la santé et de la maladie, bouscule les libertés publiques et les modes de subjectivation, remet en cause les modèles de solidarité sur lesquels reposent nos systèmes de santé.

Pendant ce temps, nous assistons et participons au déploiement de différentes systèmes de traitement de données, qui donnent à la surveillance un surcroît de réalité et un rôle accru dans nos vies, et qui semble être devenu un mode de gouvernement majeur, peut-être un fait social total.

L’hypothèse ici envisagée est que la surveillance constitue un solide fil conducteur pour interroger et mettre en perspectives les transformations contemporaines de la santé. Décliner et questionner différentes formes de surveillance demande de parcourir des contextes variés de recherche en santé et de pratiques médicales.

Les séances du séminaire  2014 ont permis d’interroger les dispositifs de lutte contre le cancer (campagnes sanitaires, dépistage, tests génétiques), les technologies de données (registres épidémiologiques, bio-banques, dispositifs connectés) et les enjeux liés au ciblage dans la médecine personnalisée (biomarqueurs et traitements ciblés).

Les séances proposées pour 2015 se concentrent sur les enjeux de la médecine prédictive, des dispositifs connectés et des flux de médicaments, pour interroger in fine les enjeux liés à l’équité dans le système de santé et les libertés publiques.

–> Tous les détails pratiques et le programme

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *