Archives par mot-clé : campagnes sanitaires

Homo medicus et l’histoire de la prévention des cancers

La médecine de surveillance engage des représentations particulières, non seulement des relatipinellons entre soin et prévention, mais aussi de la nature des individus dans leur rapport à la santé. Patrice Pinell, en retraçant l’histoire sociale de la lutte contre le cancer, met en lien les premières campagnes de dépistage du cancer avec le constat d’échec des traitements contre les cancers. Avant la radiothérapie et la chimiothérapie, c’est la chirurgie qui a contribué à faire de la lutte contre le cancer une course contre la montre : un cancer n’est opérable que s’il est pris à temps. Le problème est que pour le prendre à temps, il faut savoir en voir les signes « avant-coureurs », qui justement ne sont pas bien visibles.

La production d’un nouveau regard sur le corps et le risque ne s’est pas faite aisément. Du côté des professionnels, il a fallu les former, notamment les généralistes plutôt habitués à diagnostiquer les cas graves révélés par les plaintes des patients. Il a fallu aussi faire en sorte que les cas suspects soient adressés aux spécialistes, renforçant certaines hiérarchies médicales. Et du côté des patients, la propagande les incitait à repérer sur leurs corps des signes précoces, en présentant le cancer comme un tueur sournois qu’il faut craindre si l’on veut avoir une chance d’en réchapper (« pédagogie de la crainte salutaire »). Outre les fausses alertes et l’angoisse collective (« la fin de la belle innocence du corps »), ces campagnes débouchèrent sur un échec car elles supposaient d’accréditer la fiction d’un individu autonome et responsable, dont le raisonnement épouse la rationalité épidémiologique, et qui est capable de se surveiller lui-même (homo medicus).

L’exposé de Patrice Pinell a nourri le débat sur la surveillance des cancers. Peut-on concevoir une prévention qui, plutôt que de reposer sur une fiction de l’individu qui se surveille lui-même, s’accorde à ce que sont les gens dans toutes leurs dimensions ? Que penser des campagnes actuelles de dépistage organisé des cancers du sein, qui ont une efficacité discutée, et qui peuvent comme d’autres dispositifs de santé publique d’ailleurs, renforcer les inégalités sociales de santé ? L’éducation à la santé du public n’est-elle pas encore empreinte d’une vision naïve de ce qu’est la transmission pédagogique ? Alors que l’hygiène sociale s’est construite à partir d’une vision de la population captive, faut-il aujourd’hui rendre « plus obligatoires » les dépistages ?

Exposé de Patrice Pinell